Coupe de la CAF : Raja de Casablanca remet FC Nouadhibou à sa place (4-2) !

Ils l’avaient bien dit avant le match décisif du samedi 17 mars 2018, face à FC Nouadhibou, qui les avait tenus en échec chez eux, 1 but partout, il y a deux semaines. Les Rajaouis, qui ont arraché leur qualification en terre mauritanienne, dominant leur sujet par 4 buts à 2, filent ainsi vers les 8ème de finale de la Coupe de la CAF. Le rêve des protégés du Camerounais Njoya prennent ainsi fin, et ceux de leurs nombreux supporters aussi.

En match retour des 16ème de finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), joué ce samedi 17 mars 2018 sur son terrain et devant son public, le FC Nouadhibou était aux portes d’une consécration historique, fort du nul (1-1) ramené de Casablanca lors du match Aller qui l’avait opposé au triple détenteur du trophée, le Raja de Casablanca, le 6 mars dernier.

L’exploit était si proche et le rêve d’une consécration si réelle pour les supporters du FC Nouadhibou, que le Stade municipal de Nouadhibou avait affiché plein. Plusieurs supporters du Raja AC avaient fait aussi le déplacement, mais également de nombreux fans du club Orange, certains ayant quitté Nouakchott, Zouerate et d’autres villes mauritaniennes pour assister à un duel qui promettait d’être rude.

Les Rajaouis ne tarderont pas à visiter les cages du portier Souleymane Diallo dès la 6ème minute. Sur un centre en volée en plein surface qui atterrit sur les jambes de Lajour, ce dernier n’eut aucune peine à inscrire le premier but de la partie et celui de son équipe. Alors qu’on s’attendait à une tactique de jeu plutôt défensive de la part de Njoya, les observateurs se rendaient compte que le Camerounais avait complètement ouvert le jeu, offrant aux Marocains de larges boulevards et une ligne défensive aussi mince qu’un fil. Pourtant, le Raja était loin d’être une foudre de guerre, car six minutes plus tard, précisément à la 12ème minute, Pallaye venait réduire l’écart en inscrivant le but de l’égalisation sur un tir en dehors de la surface de réparation marocaine. Le public du stade municipal rugit. Mais ce n’était que partie remise, car trois minutes plus tard, à la 15ème minute, Hafidi venait aggraver le score pour le Raja, portant le score à 2 buts à 1. Face à une défense mauritanienne aussi laxiste, Lajour reviendra dans les arrêts de jeu de la première période pour enfoncer le clou sur un lob assez banal, sous les yeux d’une défense de FC Nouadhibou impuissante. Trois buts à 1 ! Tel fut le score avant que les deux équipes n’aillent aux oranges.

A la reprise, le FC Nouadhibou joua mieux, inquiétant à plusieurs reprises les Rajaouis. A la 63ème minute, Pallaye, en l’absence d’un Ely Cheikh Voulany complètement neutralisé, reviendra pour réduire de nouveau le score en inscrivant le deuxième but de son équipe sur un cafouillage dans la défense marocaine.

Mais le coup de tête de Benhabib, sur un centre venu de la gauche, mettra complètement fin au rêve des Stéphanois. La facture était lourde, 4 buts à 2, et les pendules des préséances remises à l’heure en toute logique. Le Raja de Casablanca venait de se débarrasser d’un adversaire qui avait failli l’écarter d’un rendez-vous continental dont il est l’un des plus assidus clients.

Le FC Nouadhibou a perdu son challenge, sans démériter. En tenant tête à l’un des clubs les plus côtés du continent, il est désormais entré dans l’histoire du foot africain. L’expérience, l’endurance et la fougue ont pris le meilleur sur l’inexpérience et la naïveté extrême dont a fait preuve le FC Nouadhibou qui peut toutefois se suffire du scalp d’un autre géant africain, l’Africa Sport d’Abidjan qu’il avait écarté au tour précédent. Le scalp du Raja, lui, se vend encore plus cher.

Cheikh Aïdara

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here