Kick-boxing – Championnats d’Afrique : Du 19 au 24 mars à Yaoundé, Cameroun

Habitué à ces joutes continentales, Madagascar est très attendu aux Championnats d’Afrique de kick-boxing, full contact, low-kick, K1 rules. Une compétition qui se déroulera du 19 au 24 mars au Palais des Sports de Yaoundé, Cameroun

Cette échéance continentale attend le futur président de la Fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées (FMKB/DA) qui sera élu en 2018. En attendant cette compé

tition, le clan malgache multiplie sa participation aux compétitions internationales, notamment à la Réunion. Pour l’heure, pour la succession de Briand Andrianirina à la tête de la FMKB/DA, seul Boto Gilbert s’est déclaré candidat.

Source : www.midi-madagasikara.mg

Kick boxing, championnat d’Afrique : MOUSSA GUIDIéRA, QUAND LE «PORC-ÉPIC» DÉCOCHE DES PIQUANTS MORTELS

Le Malien a conservé le titre de champion d’Afrique des mi-lourds, en battant le Nigérian, Daniel Ochepu Godwin par arrêt de l’arbitre au troisième round

«Moussa ni bala, i jolo yirala» (Moussa, montre lui tes piquants de porc-épic). C’est par ce slogan que Moussa Guidiéra a été accueilli par le public à son entrée dans la salle du Palais des sports Salamatou Maïga, le samedi 30 décembre. Vêtu d’un grand boubou en bogolan et entouré des membres de son staff technique, le champion d’Afrique de kick boxing des mi-lourds fera un tour d’honneur de la salle, avant de monter sur le ring où l’attendait son challenger, le Nigérian Daniel Ochepu Godwin. Après plusieurs rendez-vous avortés, les deux stars des mi-lourds se sont retrouvés et le combat le plus attendu par le monde du kick boxing africain allait, enfin, se dérouler. Sacré champion d’Afrique en 2015, Moussa Guidiéra défendait son titre de champion d’Afrique titre pour la première fois et ambitionnait de remporter une deuxième couronne continentale, alors que Daniel Ochepu Godwin rêvait de devenir le premier Nigérian à recevoir la prestigieuse ceinture.
Comme il fallait s’y attendre, il n’y aura pas de round d’observation entre les deux hommes. Dès le premier coup d’envoi de gong, les coups commenceront à pleuvoir entre le champion d’Afrique et son challenger et chacun semblait décider d’en finir le plus vite possible, c’est-à-dire avant la fin des cinq rounds réglementaires.
Le premier round sera âprement disputé et quand Moussa Guidiéra se mit à genou, après avoir reçu un coup au bas de la ceinture, toute la salle du Palais des sports retint son souffle. Les supporters craignaient un abandon du Malien, mais le champion d’Afrique ne mettra que quelques secondes, avant de se relever et reprendre le combat. Le premier tournant de ce championnat d’Afrique intervient dès le début du deuxième round, avec un bel enchaînement (coups de poing et coups de pied) de Moussa Guidiéra qui enverra Daniel Ochepu Godwin au tapis. Compté par l’arbitre, le Nigérian se relève mais se fera surprendre une deuxième fois dans le même round. Sonné, il parvient, quand même à terminer le round. On connaît la suite : au troisième round, le champion d’Afrique passe la vitesse supérieure. Une salve de coups s’abat sur le Nigérian qui s’écroule une première, puis une deuxième fois, avant de s’étaler de tout son corps sur le ring. En tout et pour tout, le combat n’a duré que sept minutes. Moussa Guidiéra est apparu trop fort pour son challenger et la fin du combat sera salué par une explosion de joie et de chansons à la gloire du «porc-épic».
«Moussa Guidiéra mérite sa victoire, il vient de prouver qu’il est un grand champion», réagira le président de la Confédération africaine de kick boxing, le Nigérian Essissima Emmanuel Joseph Bienvenu. «Ce deuxième titre de champion est particulier, parce qu’il a été remporté dans mon pays. Les mots me manquent pour exprimer ma joie. Ce titre appartient à tout le Mali, j’en suis très fier», dira Moussa Guidiéra, sous les ovations de la salle. Après ce sacre, indiquera le président de l’instance dirigeante du kick boxing national, le Mali peut demander l’organisation du championnat du monde et «Moussa Guidiéra pourra viser plus haut, en cherchant le titre mondial». Le chef de cabinet du ministère des Sports, Youssouf Singaré qui présidait la finale de ce championnat d’Afrique, a promis de transmettre le message aux plus hautes autorités et ajouté qu’il est «convaincu que le président IBK donnera son feu vert pour l’organisation du championnat du monde au Mali».
Avec ce nouveau sacre Moussa Guidiéra entre un peu plus dans l’histoire du kick boxing africain. Désormais, le Malien de 33 ans (il est né le 1er novembre 1984 à Lomé d’un père malien et d’une mère togolaise) affiche un bilan de 30 combats, 26 victoires, dont 16 par K.O. 3 nuls et 1 défaite. Avant d’être sacré champion d’Afrique en 2015, Moussa Guidiéra avait remporté plusieurs titres notamment au Cameroun, en Guinée Equatoriale et en France. Des résultats qui, soulignera le président de la Fédération malienne de kick boxing, Dr Abdoulaye Coulibaly «font la fierté du Mali et prouvent que le kick boxing de notre pays se porte bien». «Nous sommes très contents de l’organisation du championnat d’Afrique au Mali. Notre joie est d’autant plus grande que Moussa Guidiéra a conservé son titre de champion d’Afrique conquis en 2015, contre un Guinéen. Moussa Guidiéra a fait honneur au drapeau national, il a prouvé qu’il peut dialoguer, désormais, d’égal à égal avec l’élite mondiale», s’exclamera Dr Abdoulaye Coulibaly, avant d’adresser ses remerciements à toues les partenaires de la fédération, notamment le ministère des Sports, le Comité national olympique et sportif (CNOS) et les sponsors.
Il convient de préciser que ce championnat d’Afrique des mi-lourds (-85kg) a été couplé avec le championnat national. Ces combats (six au total) se sont déroulés avant le choc entre le Nigérian, Daniel Ochepu Godwin et le désormais double champion d’Afrique, Moussa Guidiéra «Porc-épic».
Souleymane B. TOUNKARA (L’Essor)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here